Le Gabon va emprunter 19,7 milliards en Chine pour « construire » le Palais des sports

Infrastructures

Le Gabon va emprunter 19,7 milliards en Chine pour « construire » le Palais des sports




Top Infos du mardi

Economie
Le Gabon va emprunter 19,7 milliards en Chine pour « construire » le Palais des sports © 2018 D.R./Info241


qrcode:http://info241.info/le-gabon-va-emprunter-19-79-milliards-en-chine-pour-construire,4010
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos amis


L'URL courte de cet article est :
http://info241.com/4010


Dans la même rubrique

C’est l’une des décisions prises lors du conseil des ministres controversé tenu ce vendredi à Libreville sous la présidence du vice-président, Pierre-Claver Mangaga Moussavou, en lieu et place d’Ali Bongo hospitalisé. Le conseil a ainsi autorisé la contraction de cet énième prêt en vue de financer le Palais des sports de la capitale gabonaise.

Même en l’absence d’Ali Bongo, le Gabon poursuit sa course à endettement. Ce vendredi, le conseil des ministres réuni sur autorisation expresse de la Cour constitutionnelle, a autorisé « l’Etat Gabonais à contracter un emprunt d’un montant équivalent à dix-neuf milliards sept cent quatre vingt quatorze millions trois cent quarante-neuf mille dix huit (19 794 349 018) Francs CFA auprès de la China Construction Bank Corporation ».

Le communiqué final ayant sanctionné des travaux, peu loquace sur l’emploi de ce pret, indique que « Le fruit de cet emprunt rentre dans le cadre du plan de financement de la construction du Palais des Sports de Libreville ». Une infrastructure sportive dont l’inauguration avait pourtant été faite le 16 janvier 2018 par Ali Bongo. Il semblerait donc que les autorités gabonaises veuillent encore « construire » un édifice qui a moins de 11 mois. A moins qu’il s’agisse d’un agrandissement.

Ali Bongo inaugurant le Palais des sports, le 16 janvier 2018

Rappelons que l’actuel Palais des sports de Libreville était déjà le fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat gabonais et la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC), en collaboration avec la Société gabonaise nouvelle générale d’études (SNGE). Le communiqué du conseil ne précisant pas le type de « construction » que l’Etat entend mener, il serait judicieux de s’interroger sur l’utilité de ces 19,79 milliards.

Commenter