Des femmes gabonaises en colère appellent à la démission de Marie Madeleine Mborantsuo

Modification de la Constitution

Des femmes gabonaises en colère appellent à la démission de Marie Madeleine Mborantsuo




Top Infos du mardi

Société
Des femmes gabonaises en colère appellent à la démission de Marie Madeleine Mborantsuo © 2018 D.R./Info241


qrcode:http://info241.info/des-femmes-gabonaises-en-colere-appellent-a-la-demission-de,4029
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos amis


L'URL courte de cet article est :
http://info241.com/4029


Dans la même rubrique

Décidément la décision d’ajouter un alinéa à la Constitution gabonaise n’hérisse pas que les politiques. Hier, plusieurs femmes ont tenté de se rendre au siège de la Cour constitutionnelle de Libreville pour manifester leur colère et appeler à la démission de sa présidente, la très controversée Marie Madeleine Mborantsuo. Son crime : avoir pris des libertés avec la constitution le 14 novembre dernier pour éviter de mettre hors jeu son beau-fils Ali Bongo, hospitalisé depuis le 24 octobre en Arabie Saoudite.

L’atmosphère devient explosive au Gabon autour de la Cour constitutionnelle et sa présidente Marie Madeleine Mborantsuo, sous le feux des critiques des populations. Alors que l’opposition gabonaise devrait organiser un rassemblement ce vendredi après-midi pour appeler à la démission de la même présidente de la Cour, des femmes gabonaises l’ont emboîté le pas hier au boulevard du bord de mer.

Lire aussi >>> L’opposition gabonaise va manifester vendredi pour exiger la démission de Mborantsuo

Venues pour être entendu par Marie Madeleine Mborantsuo, la vingtaine de femmes en colère a été interdite d’entrer dans les locaux de la Cour constitutionnelle. Elles ont donc manifesté devant l’entrée de l’institution gardée par la Garde républicaine. Il n’aura fallu que quelques minutes pour la manifestation improvisée soit déguerpie par la police qui aurait procédé à des arrestations.

Marie Madeleine Mborantsuo, la présidente de la Cour constitutionnelle

Ce contre-temps n’a pas empêché ces femmes d’envoyer leur message à Marie Madeleine Mborantsuo. Sur la toile, ces femmes gabonaises ont rappelé que la femme représentait la vie et que Mborantsuo ne serait impliqué que dans des processus contribuant à la « retirer ». Ce notamment avec sa récente décision de modifier la Constitution pour éviter de déclarer la vacance de pouvoir en raison de l’absence prolongée d’Ali Bongo dont la durée de la convalescence n’est connue de personne.

Ci-après l’une des vidéos de ces femmes remontées contre la présidente de la Cour constitutionnelle parvenue à la rédaction d’Info241 :

Commenter