L’opposition gabonaise va manifester demain pour exiger la démission de Mborantsuo

Modification de la Constitution

L’opposition gabonaise va manifester demain pour exiger la démission de Mborantsuo




Top Infos du mardi

Politique
L’opposition gabonaise va manifester demain pour exiger la démission de Mborantsuo © 2018 D.R./Info241


qrcode:http://info241.info/l-opposition-gabonaise-va-manifester-demain-pour-exiger-la,4027
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos amis


L'URL courte de cet article est :
http://info241.com/4027


Dans la même rubrique

L’opposition gabonaise continue de manifester sa colère suite à la dernière modification de la Constitution décidée la semaine dernière par la Cour constitutionnelle. Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Info241, la Coalition pour la nouvelle république (CNR) de Jean Ping, invite les gabonais à un grand rassemblement ce vendredi à 15h au mythique carrefour Rio de Libreville. Objectif : faire respecter la constitution mais surtout exiger la démission de Marie Madeleine Mborantsuo, la controversée présidente de la Cour.

La récente modification de la constitution orchestrée le 14 novembre dernier par la Cour constitutionnelle dirigée par la belle mère d’Ali Bongo, continue de susciter de vives réactions dans la classe politique. Pour la première fois, l’opposition qui tente de trouver la meilleure stratégie face à la violation qu’elle dénonce, va organiser un meeting.

La CNR de Jean Ping est donc la première à tenter d’occuper l’espace public en invitant les populations gabonaises à un grand meeting au carrefour Rio. Ce rendez-vous qui a presque toutes les chances d’être interdit par les autorités gabonaises, vise à exiger la démission de la présidente de la Cour constitutionnelle. Personnalité controversée, qui selon la Coalition aurait violé la mère des lois en décidant unilatéralement d’octroyer de nouvelles prérogatives au vice-président et au Premier ministre pour pallier à l’absence de plusieurs semaines d’Ali Bongo.

Dans ce contexte de crise institutionnelle lié à l’hospitalisation prolongée d’Ali Bongo, il s’agira également pour les opposants d’appeler au respect scrupuleux des dispositions constitutionnelles.

Seul bémol toutefois, ces dernières années le ministère de l’Intérieur a systématiquement interdit toutes les manifestations de l’opposition et de la société civile qui ne leur étaient pas favorables. Reste à savoir donc si cette fois-ci, l’opposition et la CNR pourra faire entendre librement sa voix comme cela devrait se faire dans toute démocratie.

Commenter