Crise institutionnelle au Gabon : l’Union africaine préoccupée, va dépêcher une mission

Santé d’Ali Bongo

Crise institutionnelle au Gabon : l’Union africaine préoccupée, va dépêcher une mission




Top Infos du mardi

Politique
Crise institutionnelle au Gabon : l’Union africaine préoccupée, va dépêcher une mission © 2018 D.R./Info241


qrcode:http://info241.info/crise-institutionnelle-au-gabon-l-union-africaine-preoccupee-va,4015
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos amis


L'URL courte de cet article est :
http://info241.com/4015


Dans la même rubrique

La crise actuelle du Gabon marquée par la maladie d’Ali Bongo et la modification de la Constitution inquiète l’ensemble du continent. Dans un communiqué publié hier, l’Union africaine qui a appelé au respect de « l’ordre constitutionnel » annonce qu’elle va déployer « dans les meilleurs délais une mission d’information et d’écoute à Libreville ».

L’union africaine va-t-elle enfin jouer un bon rôle au Gabon divisé par la décision controversée de la Cour constitutionnelle de confier des charges nouvelles au vice-président et au premier ministre pour pallier à l’absence prolongée d’Ali Bongo ? Dans un communiqué qui fait grand bruit, l’institution africaine appelle « l’ensemble des acteurs politiques et institutions » au respect de la Constitution.

Tout en adressant leurs « sincères souhaits de prompt rétablissement » à Ali Bongo, le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, se dit « Préoccupé par certains développements en rapport avec la situation sanitaire du chef de l’État ». Aussi, « la Commission de l’Union africaine appelle l’ensemble des acteurs politiques et institutions du pays à conjuguer, en toute responsabilité, leurs efforts en vue de préserver l’unité, la paix et la stabilité du pays frère qu’est le Gabon ».

Et de conclure : « le Président de la Commission tient à cette occasion à réaffirmer l’indéfectible attachement de l’UA au strict respect de l’ordre constitutionnel ». Ordre constitutionnel que veut altérer la Cour constitutionnelle en modifiant la Constitution pour pallier à l’absence d’Ali Bongo dont les plus folles rumeurs indiquent qu’il serait dans un état végétatif qui l’empêche d’exercer ses fonctions.

C’est face à cette crise qui pourrait perdurer devant les positions tranchées du régime de Libreville et les contestations de l’opposition, le communiqué de la commission de l’Union africaine indique que « le Président de la Commission dépêchera dans les meilleurs délais une mission d’information et d’écoute à Libreville ».

Commenter