Contentieux électoral : les tribunaux administratifs livrés à eux-mêmes !

Après élections

Contentieux électoral : les tribunaux administratifs livrés à eux-mêmes !




Top Infos du mardi

Politique
Des élus en attente de leur portefeuille électoral © 2018 D.R./Info241


qrcode:http://info241.info/contentieux-electoral-les-tribunaux-administratifs-livres-a-eux,4026
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos amis


L'URL courte de cet article est :
http://info241.com/4026


Dans la même rubrique

La justice gabonaise ne semble pas pressée de vider le contentieux électoral né des élections d’octobre dernier. De la Cour constitutionnelle aux cours administratives, l’on joue la montre. Signe de cette morosité institutionnelle, certaines cours administratives affichent un inquiétant retard à l’allumage bien que disposant de 3 trois mois pour vider le contentieux depuis l’annonce officielle des résultats le 19 octobre.

A quand la proclamation des résultats des législatives et des locales d’octobre 2018 ? Question à laquelle aucune juridiction gabonaise en charge du contentieux post-électoral ne saurait s’avancer. Si pour les législatives, la Cour constitutionnelle a annoncé un délai d’un mois (avant le 19 décembre donc), pour les locales c’est le calme plat.

Selon nos informations, il y aurait à peine 46 recours pour les locales. Sans surprise, la province de l’Estuaire arrive en tête de ces plaintes suivie celle de la Ngounié. Depuis le 19 octobre, date à laquelle le Conseil gabonais des élections (CGE] a annoncé les résultats, es tribunaux administratifs et le conseil d’Etat chargé d’annoncer les résultats définitifs ont sur le papier jusqu’au 19 janvier pour s’exécuter.

En raison de cette reforme toute nouvelle pour les tribunaux administratifs, plusieurs d’entre eux accusent du retard dans leur labeur en tête desquels ceux des chefs-lieux de province. Ils rencontreraient encore des difficultés pour s’installer quand les autres ne fonctionnent pas encore à un régime régulier faute de moyens financiers, le nerf de la guerre.

A cette difficulté au combien non négligeable, s’ajoute l’inexpérience de magistrats et autres auxiliaires commis à cette tâche. Rappelons que leur formation à la gestion des contentieux électoraux n’a duré que le temps d’une journée à la Cour constitutionnelle. De quoi avoir de doutes sur leur dextérité à vider le contentieux dans les délais et surtout en toute quiétude.

Car rappelons-le, comme les décisions de la Cour constitutionnelle, les décisions de ces tribunaux administratifs puis confiées au Conseil d’Etat seront irrévocables. Dans tous les cas, ces tribunaux ont jusqu’à la mi-janvier pour nous surprendre !

Commenter